Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Immigration à Sherbrooke Québec
  • Immigration à Sherbrooke Québec
  • : L'immigration d'une famille française au Québec.
  • Contact

Juste pour info..

Texte Libre

Articles Récents

15 janvier 2006 7 15 /01 /janvier /2006 00:35

Aujourd’hui, lundi 9 janvier 2006, notre puce Cynthia fait sa rentrée des classes.

 Réveil à 6h15 du matin……..Dur dur !!! Pas le temps de traîner, Après ce réveil difficile, un déjeuner de biscuits « Tendres pépites de M. Christies », et un peu de lait, notre puce prend  son sac, sa boite à lunch, et s’habille de sa combinaison de combat pour affronter le froid.

 7h15, départ pour l’arrêt du bus. Une fois arrivée, nous faisons la connaissance d’autres élèves dont une qui est dans la même classe.

 Notre puce est anxieuse car elle se plaint de douleurs au ventre. Je tente de la rassurer, mais c’est assez difficile.

 

7h30, le grand bus scolaire jaune arrive, tous les élèves qui attendaient le bus et qui jouaient dans la neige, reprennent instinctivement leur place dans l’ordre d’arrivée dans la file d’attente tout seuls, tout se passe sans chicane, personne n’essaye de passer devant l’autre.

 Cynthia reprend donc sa place et monte dans le bus accompagnée de sa nouvelle amie Julieta qui la guidera et l’orientera dans cette nouvelle école.

 Icitte, l’école fini à 14h45, Nous allons donc chercher Cynthia à l’arrêt de bus. Celui-ci arrive vers 15h15, Cynthia en descend du bus toute contente en me disant « Papa, j’ai plus mal au ventre » . Ces propos me rassurent sur sa journée qui semble s’être bien passée. Par contre, elle a oublié sa boite à lunch.

 Arrivée à la maison, elle nous raconte que sa maîtresse est gentille, ses camarades sont sympa, bref l’école semble lui plaire. Un grand point positif qui nous réconforte beaucoup.

Repost 0
15 octobre 2005 6 15 /10 /octobre /2005 00:00
Ben voilà. hier, j'ai programmé mon réveil pour qu'il sonne à 6h15 pour partir sur Paris en évitant les embouteillages.
*5h30, je me réveille finalement tout seul. Après m'être préparé, je pars à 6h15. Après 1h de route, je me parke près de mon boulot, où je vais voir mes futurs ex-collègues en attendant 8h30.
*8h30, je saute dans le RER (par chance, j'ai juste 4 stations).
*9h00, j'arrive devant l'Ambassade du Canada. Il y a déjà quelques personnes qui attendent.
*9h30, nous entrons dans l'Ambassade. Passage obligatoire par le portique de sécurité et direction le guichet "VISA IMMIGRATION", ou plutôt la file d'attente de ce guichet.
*9h50, je laisse la brune, les passeports et les photos (2 par personne). On me remet un document que je devrais leurs présenter cet après-midi.
*9h55, je sors de l'Ambassade pour retourner rejoindre mes collègues de travail.
*10h30, j'arrive au bureau, je passe la matinée à surfer sur le web, discuter avec des collègues (c'est pas sérieux ça !!! biggrin.gif ) et je déjeune avec eux pour repartir à 13h30.
*13h30, je retourne au RER, quand soudain passent 2 véhicules de police à fond et à contresens tous gyrophares et sirènes allumées, je les retrouve dans la station de RER, certains agents sont carrement armés de fusil mitrailleur. Bref, ça c'était la séquence "action", je repars donc en direction de l'Ambassade.
*14h00, je passe devant l'Ambassade dont une vingtaine de personnes attendent déjà. finalement, je pars sur les Champs-Elysées me promener un peu pour retourner à l'Ambassade à 14h30.
*14h30, nous sommes bien une trentaines à patienter devant l'entrée. je crois que je commence à réaliser que ça devient sérieux, car en levant la tête, j'observe le drapeau canadien sur un joli fond bleu que le ciel laisse éclater, et oui, c'est ma futur patrie.
Nous entrons donc chacun notre tour dans le batiment, et repassons sous le portique de sécurité. Et rebelotte, la file d'attente.
*15h (environ), c'est avec une certaine émotion (et les larmes aux yeux) que je donne le document à la guichetière. Après vérification des passeports, elle me remet alors une enveloppe brune ou se trouve enfin ces fameux...

...VISAS...
...accompagnés des "documents génériques" que nous devrons présenter à "l'immigration" à l'aéroport.
Donc ca y est, je me sens tout vide (certainement le contre-coup après des mois de stress) et très heureux d'avoir en main tous les éléments qui nous permettrons de commencer notre nouvelle vie
Repost 0
14 octobre 2005 5 14 /10 /octobre /2005 00:00

Et voilà, ça y est, nous avons enfin reçu la Brune. « La brune », cette enveloppe brune qui nous informe de la décision de notre immigration. Cette fichue enveloppe que tous les immigrants attendent avec impatience.

Donc voilà, elle est arrivée ce samedi 8 octobre 2005, soit 5 jours après que la décision aie été prise par l’Ambassade, nous avions appris le 3 octobre en consultant le site de l’Ambassade qu’une décision avait été prise, mais aucune autre information ne filtrait, confidentialité exige.

Constatant que la brune arrivait habituellement en même temps que l’affichage de la décision sur le site de l’Ambassade (à 1 ou 2 jours près), nous commencions à douter lorsque 3 jours plus tard, nous n’avions aucune nouvelle.

Nous avons alors contacté la Poste pour les prévenir, puis envoyé 2 courriels par jours, puis 2 fax. Bref c’était assez stressant de savoir qu’une décision avait été prise sans savoir si c’était positif ou pas.

Tous les jours, nous guettions l’arrivée du facteur jusqu’à ce samedi.

Lorsque j’ai ouvert la boite au lettre, j’ai rapidement constaté qu’une enveloppe brune était sous les autres lettres. J’en ai tout de suite vérifié la provenance. Cette enveloppe posté le 7 octobre 2005 à l’attention de Corinne portait un cachet de l’Ambassade du Canada.

C’est en parcourant les 10m que séparent la boite aux lettres à la porte d’entrée, que Corinne m’a vu avec cette enveloppe.

Après l’avoir posé sur la table, j’ai laisse Corinne l’ouvrir avec l’aide de notre fille Cynthia qui a gentillement posé sa main sur l’enveloppe quelques secondes. Que ce geste nous porte chance, notre fille dégage un bien-être qui, nous espérons, nous portera chance.

Corinne ouvre alors l’enveloppe, et oui, c’est une décision positive nous invitant à rapidement faire apposer nos visas sur nos passeports. 

Ouf ! Quel soulagement ! Enfin, nous allons pouvoir changer de vie, pour une autre que nous espérons meilleure, mais ça, nous le saurons seulement sur place.

Le 12 octobre 2005, j’irai à l’Ambassade du Canada afin de faire apposer les visas sur nos passeports. Mais ceci est une autre histoire que je vous raconterai prochainement.
Repost 0
3 août 2005 3 03 /08 /août /2005 00:00

Pour quel motif  avons nous décidé de quitter la France pour nous installer dans un autre pays ? c’est une question que de nombreuses personnes souhaitant franchir le pas se sont posées.  Es-ce suite à un manque de reconnaissance de l’état français envers ses compatriotes ? par intérêt financier ? parce qu’on est tombé en amour d’un pays ???  Bref !!!! nombreuses sont les raisons qui poussent certains à s’exiler. Elles diffèrent plus ou moins selon l’existence et le passé de chacun.

Tout d’abord, nous nous sommes posé la question fatidique : « Es-ce raisonnable de quitter notre pays d’origine que nous connaissons bien et dans lequel nous avons vécu de merveilleux moments, mais également des périodes difficiles, parfois insupportables ? ». Une autre question incontournable « Qu’y a-t-il de bien et de moins bien par rapport à notre pays de naissance ? »

Cette période de doute est très importante, c’est à ce moment-là que nous nous remettons en question, car il ne s’agit pas là d’acheter un meuble ou de quitter un emploi pour un autre, mais un changement total de culture, un changement qui sera plus ou moins bien accepté selon les individus. Par ailleurs, dans notre cas, nous avons la responsabilité de nos enfants.

Après avoir conversé avec de nombreuses personnes immigrantes, québécois, lu de nombreux articles…, nous avons décidé de nous pencher sérieusement sur la question de l’immigration.

Etant intermittent du spectacle et ma femme Assistante maternelle, nous n’avions aucune obligation salariale. Ayant 35 ans et Coco 32 ans, 2 enfants, un petit patrimoine. Bref, rien ne semble nous empêcher de nous lancer dans cette aventure.

Début 2004, nous nous avons décidé de nous laisser une année de « carence » avant d’entreprendre sérieusement nos démarches. Nous dirons simplement que nous donnons au destin de choix de notre vie.

Travaillant régulièrement pour une chaîne de télévision nationale que je souhaite intégrer depuis fort longtemps (je pense qu’inconsciemment, je souhaite l’intégrer depuis toujours), je me donne donc un ultimatum, ou plutôt une date butoir, date à laquelle notre décision sera prise. Donc si au 31 décembre 2004, je ne suis pas intégré comme salarié au sein de cette entreprise, je m’exile. Non pas par vengeance ou autre sentiment de rejet, mais tout simplement pour ne pas attendre 10 ou 15 ans de ma vie  un poste qui ne sera peut-être jamais.

Durant cette année 2004, nous avons passé 3 semaines dans la Belle Province avec nos amis québécois  (que nous avons connu lors d’une croisière aux Caraïbes en décembre 2002). Leur accueil était si chaleureux, que ça nous changeait de cet esprit conservateur français que nous connaissions jusque là.

Nous avons beaucoup apprécié notre séjour à leur cotés, leur gentillesse et leur disponibilité nous rendaient parfois mal à l’aise. Nous ne voulions pas abuser en leur imposant notre présence. Nous avons pu, grâce à eux, connaître leurs amis, vivre des moments très sympas, bref ! nous avions l’air de nous connaître depuis fort longtemps. Le thème de cet article n’étant pas de raconter ce voyage, je vous invite, si vous le souhaitez, à consulter les photos de ce séjour (en août) sur ce blog.

Revenons au choix du « destin », durant l’année 2004, 3 postes se sont libérés, mais ont été comblés par 2 salariés venant d’autres services et par une collègue intermittente qui postulait également. Donc les postes étant pris, ma destinée se tourne vers l’immigration.

Nous avons eu 1 an pour réfléchir. « Pourquoi immigrer au Canada ? » 

Le rythme de vie diffère totalement, le stress est moins présent, les québécois sont courtois. La vie est moins cher me direz-vous, je ne pense pas si l’on considère le niveau des salaires.

Mais attention, ne pensez pas qu’il s’agisse d’un eldorado, nous ne nous attendons nullement à ce que la vie soit facile, au contraire, comme me l’a dit mon père « personne ne vous attend là-bas ». Il est clair que personne ne nous attend. Nous sommes conscients que nous changeons de vie, de culture, de continent, de rythme de vie…

Nous, français sommes tellement habitué à l’assistanat que nous ne nous rendons pas compte des nombreux acquis et avantages que nous avons, nous avons accès à un grand nombre de services (certes peu efficaces lorsqu’on en a réellement besoin et excessivement lent, mais tout de même présent), nous avons un petit rhume, un coup de fil au médecin, et on a le rendez-vous dans la journée, ça ! ça n’existe pas au Canada.

A contrario, vous faites un achat et vous rendez compte qu’il y a un problème ou un défaut, vous décidez donc de le rapporter au magasin, c’est là qu’on vous répond « Je ne peux pas vous l’échanger ou vous le rembourser car vous l’avez ouvert » (je sais de quoi je parle, ça m’est arrivé), ça ! c’est rare au Canada.

Bref, je ne vais pas énumérer tous les bons et mauvais cotés du Canada ou de la France, mais notre choix est vivement réfléchi, qu’il n’en déplaise à certaines personnes qui ne comprennent pas notre choix.

Et puis de toute façon, la vie n’est qu’une succession d’expériences, donc si notre immigration venait à ne pas fonctionner comme nous l’espérions, cela ne serait certes pas agréable, mais nous la considèrerons comme une expérience.

 

Michel

Repost 0
1 août 2005 1 01 /08 /août /2005 00:00

Afin d’éviter une étape supplémentaire, et voyant le cours de l’euro baisser par rapport au dollar canadien, nous avons décidé de régler la totalité des frais d’immigration pour le fédéral, soit 2130€ (700€ pour 2 adultes + 190€ pour 2 enfants + 1240€ de droit de RP pour les 2 adultes, les enfants en sont exempts). lien: http://www.dfait-maeci.gc.ca/canadaeuropa/france/visas/frais-fr.asp 

En effet, pour le dossier fédéral, il est possible de régler en euro ou en dollar canadien. Une fois par mois, le service d’immigration de l’Ambassade du Canada met à jour les frais à régler qu’ils soient en euro ou en dollar canadien, ceci en fonction du cours du dollar canadien. Nous avons bien fait car avec la chute de l’euro, nous avons pu économiser 80€. Par contre, il est maintenant temps que l’euro remonte car lorsque nous transfèrerons notre argent, le taux de change du moment sera appliqué.

De plus, l’Ambassade n’accepte plus les règlements par chèque, mais essenciellement en espèces ou par virement bancaire, nous avons donc opté pour cette dernière solution.

Donc après avoir télechargé et rempli le dossier fédéral sur le site de l'Ambassade: http://www.cic.gc.ca/francais/demandes/qualifie.html , c'est le 7 juin 2005 que toute notre petite famille se déplace à l’Ambassade du Canada pour l'y déposer.

Après un contrôle au détecteur de métaux à l’entrée, nous déposons notre dossier à un agent qui contrôle si tout les documents sont présents. Il doute juste de la validité des photos que nous avons fait nous-même avec notre appareil photo numérique et notre imprimante photo.

Finalement, il accepte le dossier tout en se réservant sur les photos.

Le 12 juillet 2005, Nous recevons l’AR du dossier fédéral, cela signifie que le traitement est en cours. Un numéro de dossier, que nous pouvons consulter sur le site de l’Ambassade du Canada, nous est également transmis.

Reste maintenant l’étape de la visite médicale. D’après les statistiques d’immigrer.com, nous devrions recevoir les IVM (Instructions de la Visite Médicale) environ un mois après.

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque le 15 juillet 2005, soit 3 jours plus tard, que nous recevons l’IVM accompagné d’une demande de photos pour Paul et Corinne ainsi qu’une demande de toutes les pages du livret de famille. En effect, les photos de Coco sont légèrement plus petites que les dimensions requises, quant à celles de Paul, il n’était pas de face. Mais essayez de prendre des photos d’identités d’un bébé de 20 mois !!!!

Nous avons donc envoyé les pièces demandées le 28 juillet 2005, juste après la visite médicale (lire mon article).

 

Michel

Repost 0
1 août 2005 1 01 /08 /août /2005 00:00

Ca y est ! le sort est jeté. Après un mois de démarches auprès de diverses administrations plus ou moins efficaces, d’anciens employeurs, d’établissements scolaires, etc…afin de réunir toutes les pièces nécessaires, nous arrivons enfin à compléter notre dossier. C’est le 6 avril 2005 que nous postons notre dossier d’immigration à destination du Bureau d’Immigration du Québec situé à Paris, rue de la Boétie.

 Coût des frais pour 2 adultes et 2 enfants : 840CAD (à régler avec un chèque certifié en dollars canadien).

Coco étant auxiliaire de puériculture équivalent à aide-éducatrice de la petite enfance au Québec (qui est une profession en demande), et étant plus jeune que moi, nous choisissons de la présenter comme requérante principale. Ainsi, le dossier devrait passer un peu plus facilement que si je me nommais moi-même requérant principal, car trouver un emploi en étant intermittent du spectacle semble poser un peu plus de difficultés.

 12 avril 2005, nous recevons l’accusé de réception de la poste qui nous informe que notre dossier est en traitement.

En consultant les statistiques de « immigrer.com », le délai moyen se situe entre 1 mois et demi et 2 mois.

25 mai 2005, alors que j’étais au bureau, Coco me téléphone pour m’informer qu’un courrier à l’entête du BIQ (Bureau d’Immigration du Québec) vient d’arriver. Elle l’ouvre…et lit « Madame…blablabla…nous vous invitons à une séance d’information où nous aurons la joie de vous remettre votre CSQ, il s’agit du Certificat de Sélection du Québec.

Heureux ! nous sommes heureux ! La première étape est passée. En effet, sans ce document, nous ne pouvons immigrer au Québec, car cette province est la seule du Canada qui sélectionne ses immigrants.

Corinne ne pouvant se libérer, avant la semaine suivante, je me dévoue pour suivre cette séance d’information suivit de la remise de nos CSQ.

 Dans cette enveloppe, se trouvent donc 2 exemplaires des CSQ pour chaque membre de la famille. 1 sera à joindre au dossier fédéral et l’autre à présenter lors de l’arrivée sur le territoire canadien, ainsi que lors de diverses démarches lorsque nous serons sur place.

 L’étape du Québec maintenant franchie, une autre période de recherche et de classement commence, celle du dossier fédéral. Et oui !! nous devons maintenant être acceptés par le Canada.

 Michel 

 

 

 

 

 

Repost 0
31 juillet 2005 7 31 /07 /juillet /2005 00:00

C’est le 27 juillet 2004 que toute la famille a eu rendez-vous pour la visite médicale chez le Dr Salzman. Voiçi donc le déroulement de notre journée…

Nous arrivons donc à 14h rue du Colisée, à coté des Champs-Elysées. Nous y sommes restés 1h30 pour 2 adultes 1 enfant et 1bébé de 22 mois.
C’est Coco qui s’y colle la première, euh !!! avec Paul, car quand une certaine distance le sépare de sa mère, une "alarme" naturelle se déclenche.

Puis c'eusse été au tour de Cynthia, no problemo, et enfin mon tour, qui fût torché en à peine 10mn. Nous voiçi donc alléger de 250€

Passage à la Radiologie. Après avoir remonté les Champs-Elysées sous le soleil, à vitesse assez rapide, à pied, en pouss pouss pour le petit dernier (veinard !!) et accompagné des "moins vite, j'ai mal aux jambes" que notre pauvre petite puce nous implorait. Nous arrivons juste à l'heure, nos 2 radios ont été faites en 15mn maxi. Et tac ! 70€

En route pour le laboratoire d'analyses.
On commence par Cynthia pour l'examen d'urine, Coco reste à ses cotés 10mn dans les toilettes.........en vain, puis vient mon tour, prise de sang (qu'il est beau le plafond au dessus de la chaise du patient à qui on prélève du sang !!!), puis examen d'urine.
Vient au tour de Coco, no problemo. On retente alors pour Cynthia, à mon tour de rester 10mn dans les toilettes à ses cotés...toujours rien.
L'heure tourne, comment faire ? bon, nous optons pour une escapade au fast food du coin pour gouter (accompagné de 50cl d'eau pour la puce). Après 20mn de promenade sur les Champs, nous retournons au labo. Coco réessaye pendant que je calme Paul dont l'alarme s'est déclenchée. Au miracle, ma fille reviens heureuse d'avoir rempli de 3 gouttes son bocal. « Bon !! ça ira ! » nous a répondu l'assistante médicale. coût 91,53€

Enfin, nous retournons dans notre véhicule, pour enfin arriver 1h15 plus tard dans notre "home sweet home". Et là, vous ne devinerez jamais, ma fille sort de la voiture en pliant les jambes "papa vite, je veux faire pipi" !!!!!

 Michel

Repost 0